VoisinsDu109Les1hc_19112006_1_Coyote, c’est un biker alors forcément il sait comment aborder un virage ! Mais le lecteur est là qui l’attend au tournant en se demandant si il saura créer à nouveau des personnages aussi attachants que Mammouth et Piston ou encore la famille de Little Kévin.
Alors casque bas pour Monsieur Coyote car « Les voisins du 109 » sont hauts en couleurs comme Mammouth et Piston, tendres et accueillants comme Kévin et son papa ! Lecteurs motards, venez vite garer votre Harley en bas du 109, vous ne serez pas déçus...et si vous n’êtes pas motards, venez aussi car le 109 est l’immeuble de toutes les familles !

La famille de Coyote

Coyote a abandonné le temps d’un album les bikers aux cheveux longs et aux ventres proéminents. Les jeunes femmes n’ont plus le physique de celles qui laissent deviner leurs formes généreuses sous des T-shirts moulants. Le bicylindre en V a été remplacé par une vieille bicyclette sur laquelle se déplace un acteur qui rappelle le barde d’Astérix ! Notre dessinateur de bikers a délaissé le noir et blanc pour passer à la couleur. Autre changement, il s’est adjoint les service de Nini Bombardier qui l’a aidé pour les textes et le scénario de ce premier volet du Vendredi.
La famille de Coyote est une famille de cœur où chacun est accepté avec ses particularités et ses différences. Les voisins du 109 forment une immense communauté qui a un petit goût de paradis. Pourtant tout démarrait mal ce fameux vendredi : les Moinot arrivaient pour emménager à leur nouvelle adresse ; l’accueil du concierge au look de fâcho fut glacial… Et le pire était encore à venir : les déménageurs avaient envoyé par erreur les meubles à Lourdes. Monsieur et Madame Moinot se retrouvèrent donc avec leur bébé sous le bras dans un univers de béton gris, frôlant la crise de nerfs !

Les voisins

L’album s’ouvre donc sur du blanc, du noir et du gris qui traduisent cette ambiance affligeante du déménagement raté. Ce sont des voisins au teint blafard, vêtus de noir qui vont les héberger avec toute la chaleur qui a beaucoup de difficultés à émerger sous leur look gothique. Luna et Iggy sont caricaturaux à souhait, comme tous les autres personnages de l’immeuble, mais ils vous feront rire à plus d’une occasion. Luna laisse transparaître son amour maternel envers Alice, un hérisson qu’elle photographie, et comme toute bonne mère, sur la plage lors des dernières vacances !
Madame Bénomar, quant à elle, tente de mâter son fils qui ne jure que par « woulaaa, sur la têêête de ma mèèère » et est totalement sous le charme du concierge au crâne rasé qui parle arabe. Il ne faut donc pas se fier aux apparences, tel est le message délivré par Coyote qui ouvre les portes des appartements du 109 pour notre plus grand plaisir !

Après l’appart aux volets fermés du couple vampirique, entrons dans l’intérieur victorien de l’acteur rouquin qui se prend pour Sarah Bernhardt. Les couleurs s’affichent plus nettement chez Double-Lune et Joyeux-Calumet qui sont restés bloqués au milieu des années 70. Leur intérieur kitsch vous rappellera votre enfance ou alors un design très à la mode aujourd’hui sous le terme de vintage ! Tout cela respire le bonheur et l’équilibre. Ce couple cache pourtant un lourd secret : leur fils est un requin de la haute -finance, un yuppy sans conscience sociale ! Fait qui pousse Joyeux -Calumet a dire : « Si j’avais su qu’avec un coup de reins de trop à Woodstock, je foutais trois cents personnes au chômage, j’aurais mis une capote! » Au 109, il y a aussi la mémé aux chats du rez-de-chaussée qui rouspète à propos de tout et de rien , les jeunes encapuchonnés qui squattent l’entrée de l’immeuble, ou encore ces adeptes de la drague sur Internet, …Aucun des traits de la vie en immeuble n’a été oublié.
Cet album est un remède à la morosité mais aussi une invitation à la tolérance. Vieux ou jeune, riche ou pauvre, homme ou femme, blanc ou noir, gothique attardé ou hippie nostalgique, catho ou athée, homo ou hétéro il y a forcément un petit coin du 109 qui vous correspond et un tas de gens au cœur et à l’esprit ouvert qui sont prêts à vous y inviter. La porte d’Utopia ne se trouve peut-être pas dans l’immeuble de Coyote mais en tout cas, je le remercie de m’y avoir laissé croire le temps de la lecture de ces quelques pages !