radE68B7_1_Julius vit seul dans un chalet perdu au cœur d’une forêt du  Maine, à quelques kilomètres de la frontière canadienne. La vie de Julius se compose des plaisirs simples : une tasse de thé, un feu, un livre et un chien. Julius déteste la violence des hommes et préfère sa vie avec ses livres, hérités de son père. Plus de 3000 volumes tapissent les murs de son chalet ! Il a reçu également  en héritage, cette fois de son grand-père, un fusil rapporté des tranchées de la première guerre mondiale.

Julius peut-il basculer dans la violence ? On en doute, puis lentement le doute s’installe !

La langue de Gérard Donovan est magnifique ; il fait renaître dans la bouche de son personnage des mots anciens et souvent oubliés. Chaque jour, Julius choisit une série de mots qu’il s’évertue à utiliser dans une phrase incompréhensible pour le commun des mortels.

Le paysage est en osmose avec le personnage : grandiose, dur, froid.

Un livre, un personnage, une écriture que vous n’êtes pas prêt d’oublier !